vendredi 23 mai 2014

John Green, "Nos étoiles contraires".

Auteur:   John Green
Titre:   Nos étoiles contraires
Editions:   Nathan
Nombre de page:   323
Coup de coeur ♥

Quatrième de couverture

     Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.


Mon avis

     Me voilà en face de mon clavier, essayant tant bien que mal de trouver les mots pour mettre le doigt sur mon ressenti quant à ce roman. D'innombrables émotions m'ont traversées l'esprit lors de cette lecture que j'ai trouvé fabuleuse, percutante, touchante. Dans ce livre, nous découvrons Hazel, seize ans, atteinte d'un cancer de la thyroïde qui s'est malheureusement généralisé, laissant des métastases se former dans ses poumons. Elle est condamnée et elle le sait. Elle fait la rencontre d'Augustus lors d'une séance d'un groupe de soutien destiné aux enfants malades. Ce jeune homme, âgé de dix-sept ans, est atteint d'une ostéosarcome, un cancer des os, et est en pleine période de réémission complète. Ces deux jeunes adolescents vont se lier d'amitié rapidement pour ne plus se quitter.

    Dans un premier temps, je m'attendais à lire un livre déprimant dont le sujet principal serait la maladie. J'ai été agréablement surprise en découvrant le sens de l'humour extraordinaire de ces deux protagonistes. J'ai beaucoup rigolé suite à certaines répliques, pleines de dérisions, d'humour noir, d'ironie et j'en passe. Ce qui m'a particulièrement plu, c'est que le sujet principal de ce roman n'est pas forcément basé uniquement sur le cancer, bien qu'il fasse partie intégrante de presque tous les dialogues. En effet, l'intrigue n'est pas entièrement fixée sur cet élément, ce que j'ai adoré, contenu des circonstances. Un autre point que j'ai particulièrement apprécié, ce sont les personnages dans l'ensemble. J'ai trouvé les parents de Gus et d'Hazel spécialement courageux et touchants. Ils dégagent tellement d'amour envers leurs enfants que j'en ai parfois eu les larmes aux yeux. Il est vrai que la vie n'est pas facile pour ces parents dont leur progéniture n'est pas en bonne santé. J'ai eu un sentiment de compassion immense envers eux.
.
     J'ai rencontré d'énormes difficultés à me détacher de ce roman tellement j'y étais immergée. Plus j'avançais dans ma lecture, et plus l'émotion m'envahissait. Je crois que je n'ai jamais autant pleuré devant un roman, ce qui m'a entraîné à arrêter ma lecture pendant quelques minutes afin de me reprendre et me calmer.
.
      Cependant, j'ai tout de même trouvé deux éléments qui m'ont dérangés dans ce livre: le premier est le choix de la maladie d'Augustus, l'ostéosarcome, pour des raisons personnelles. Et le deuxième est la fin que j'ai trouvé trop ouverte mais lorsqu'on lit le roman, on peut comprendre la signification de celle-ci, mais je n'en dirais pas plus.
     Pour vous parler un minimum de John Green, je suis heureuse de l'avoir découvert à travers cet ouvrage. Je peux vous assurer que je lirais assurément ses autres romans. Premièrement, j'avais quelques appréhensions quant à la façon dont il allait aborder le sujet délicat qu'est le cancer. Finalement, mes craintes se sont rapidement dissipées au fur et à mesure de ma lecture. On sent qu'il connait le sujet sans pour autant rassembler son savoir en un amas de science incompréhensible. Au contraire, il s'est concentré plutôt sur les sentiments et les émotions ressenties par ses personnages, ce que j'ai réellement apprécié. De plus, je trouve qu'il possède une plume divine, simple et compréhensible ainsi qu'une façon parfaite de nous faire parvenir certains messages tout en douceur, et de nous faire osciller du rire aux larmes.
.
      Malgré que ce roman soit une fiction, cela n'empêche pas que chaque jour des enfants meurent à cause de cette maladie qu'est le cancer. Ce livre m'a ouvert les yeux sur la vie, la façon de la percevoir. La morale de l'histoire est simple: il ne faut pas laisser les tracas du quotidien nous submerger. Le message que nous délivre John Green est simple: profitons de la vie tant que la vie nous le permet, profitons de nos proches tant qu'ils soient encore vivants, gardons les bons moments en mémoire et abandonnons les mauvais. Je n'ai qu'une chose à vous dire: LISEZ ce roman. Votre vision du monde en ressortira chamboulée, transformée et vous fera aimer davantage la vie.


L'avis de Mathilde, ma partenaire :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie pour votre réaction ♡